Partagez

Les vassaux européens s’inclinent encore une fois. C’est l’amorce du raz de marée de malbouffe qui va déferler dans nos assiettes. La Commission européenne en est à craindre le pampam cucul américain, c’est dire l’état dans lequel elle a mis l’Europe…

La Commission européenne a proposé en effet mercredi d’interdire le clonage animal à but alimentaire dans l’UE. Mais elle a renoncé à bannir la vente de viande ou de lait des descendants des animaux clonés pour ne pas indisposer ses partenaires commerciaux, notamment américains.

« Cela ne veut pas dire que nous n’en avons pas parlé pendant la réunion » de la Commission. « Nous avons discuté de toutes les possibilités, y compris de l’étiquetage de la viande de bovins descendants d’animaux clones, et jugé qu’il fallait procéder à une analyse approfondie », a annoncé le commissaire européen chargé de la Santé, Tonio Borg, au cours d’une conférence de presse.

Au sein de l’Union européenne, le clonage animal à but alimentaire ne se pratique qu’au Danemark. La viande de clones ne se mange pas en raison du prix très élevé de ces spécimens. Mais leurs embryons et semences sont commercialisés et exportés, et leurs descendants sont élevés en particulier aux Etats-Unis, en Argentine, au Brésil et en Uruguay.

Exigences jugées exagérées

L’UE importe chaque année entre 300’000 et 500’000 tonnes de viande bovine des Etats-Unis et d’Argentine, pays qui ont autorisé le clonage à des fins commerciales, mais n’ont aucun système de traçabilité.

La Commission, le Parlement européen et les gouvernements avaient échoué une première fois, en 2011, à s’entendre sur un encadrement, après trois ans de négociations infructueuses. Les Etats jugeaient exagérées les exigences de traçabilité des eurodéputés.

Le Parlement demandait une traçabilité très poussée pour informer les consommateurs de toute trace de viande issue de bête clonée, en remontant à plusieurs générations.

Cela aurait imposé aux Etats-Unis et à l’Argentine de mener des contrôles qu’ils ne veulent pas réaliser. L’Union européenne aurait été obligée de bloquer les importations, au risque d’une nouvelle guerre commerciale similaire à celle provoquée jadis par l’interdiction du boeuf aux hormones américain.

Source: Romandie ; blogapares

14 Commentaires

  1. Il faudrait enfin que les gens arrêtent d’acheter des plats prépares, bourres de ce genre de produits, qu’ils arrêtent les fast food et toute la malbouffe en général ! C’est à la portée de tous de trouver des produits en vente directe du paysan, il y a de plus en plus d’endroits même dans les grandes villes, qui se spécialisent dans la vente de produits naturels, et ce n’est pas plus cher. Sinon, vous creusez votre propre tombe, mais à chacun son libre arbitre.

    • Exact, moi, c’est fait depuis longtemps ! Je ne mange que du frais qui vient de ma région, de mon pays ou au pire, des pays limitrophes. J’essaye au maximum d’acheter bio. Du coup, j’achète moins qu’avant, et aussi, je ne jette plus rien.

  2. On estimait en 2010 à 2000 la production totale mondiale d’animaux clonés. On est donc très loin d’une production intensive ! Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faille pas se méfier ….mais la technique n’est pas encore au point d’être rentable pour une production de masse

  3. Dès lors que ces américains et cette maudite commission traitent dans le plus grand secret de notre avenir économique (TAFTA et maintenant TISA), il est normal que nous soyons plus que méfiant avec ces complices mercantiles ! Il serait donc de règle de rejeter à priori toutes décisions de ces malfaiteurs.

  4. faux débat car la question n’est: clone ou pas clone?
    pour moi la question est chloré ou pas chloré?

  5. Y’a toujours gros malin pour sortir un pseudo exemple sensé prouver n’importe quoi, puisque « ça existe déjà »:

    On considère que les abeilles ouvrières qui font le miel sont des clones donc allons-y, clonons gaiement!
    Le wifi et les gsm? On se prend des rayonnements solaires depuis la nuit des temps, alors c’est pas dizaines de sources de radiation tout autour de vous 24h/24 qui feront quoi ce soit! Remettons-en une couche quoi!
    Le mariage homo? Certains animaux s’enculent parfois donc il est normal d’institutionnaliser la chose!
    Les OGM? mais on modifie les plantes de toujours, alors allons-y transformons tout!

    • @blou : j’étais totalement d’accord et j’étais prêt à applaudir, jusqu’à lire l’ineptie sur les homos o_o. Pour qui, exactement, ça serait mauvais pour la santé (puisque c’est l’idée, n’est ce pas ?) ? o.o

      Reprocher de faire des amalgames, en en tartinant un pavé, si ça s’appelle pas un comble…

  6. Partir de la seule question de l’autorisation ou non de descendant d’animaux clonés (descendants eux issus d’une reproduction naturelle – un papa plus une maman) pour écrire de tissus d’inepties et de desinformation, faut vraiment avoir fait des études de journalisme… les animaux clonés ne rentrent PAS dans la chaine alimentaire, ni aux USA ni en France, (sauf fraude éventuellement, mais là c’est pas propre aux animaux clonés, cf les chevaux)…après les descendants… en quoi ils seraient dangereux ? on croirait lire les conneries de ceux qui écrivaient contre le chemin de fer ou les travaux de Pasteur au XIXème… Faut savoir qu’on bouffe régulièrement des aliments produits par des clones… eh oui, le miel est produit par les abeilles ouvrières donc des clones…

    • Ce n’est pas aux multinationales de nous forcer à manger leur m….e.
      Il faut alors exiger que l’étiquetage soit clair: viande importée de + nom du pays. Ainsi, c’est moi qui décide de ce que je mange. Regardez le boycott d’Israël qui fonctionne assez bien apparemment. C’est à chacun d’entre nous de faire sa loi. Arrêtons de rouspéter, agissons ! Moi, par exemple, je ne mange que des aliments non industrialisés, que du frais et qui vient de mon pays. Si je dois acheter à l’extérieur, je privilégie les pays limitrophes. Vous imaginez, si chacun de nous faisait ça ?

  7. On est dirigé par de très grands magouilleurs!
    Les nouveaux pauvres que nous sommes en train de devenir seront nourris par les producteurs les plus abjectes tandis que les nantis bénéficieront de la bonne production.
    Il y aura un prix à payer pour bien s’alimenter.
    Encore une belle preuve que cette « Europe » n’est pas faite pour les citoyens mais pour les spéculateurs.

Comments are closed.