Partagez

Le nombre de créances douteuses est en augmentation en Chine. Beaucoup d’entreprises ne peuvent plus honorer leurs prêts. Cela pose des problèmes dangereux non seulement pour les banques chinoises, mais aussi pour les institutions financières allemandes. Rien qu’en Chine les banques sont débitrices de plusieurs Milliards !

Créances douteuses, mauvais crédit, banques de l’ombre – la Chine se bat actuellement contre de nombreux aspects de son système financier. L’édifice tremble, car même l’économie privée en est troublée ! Mais les banques chinoises ne sont pas les seules à risque: les banques européennes sont fortement liées avec la Chine. Des milliards sont en jeu.

Par exemple, les banques européennes ont des créances douteuses envers les établissements Chinois pour un montant de $ 362 762 000 000, indique le dernier rapport de la « Banque des règlements internationaux » (Juin 2014). Pour les banques allemandes, cela représente pour le milieu de l’année des débits totalisant $ 40,66 milliards (près de 32 milliards d’Euros), a confirmé  la BRI à notre journal ! (DWZ).

Depuis le déclenchement de la crise financière, les banques chinoises ont majoritairement acheté les plus mauvais crédits. (Prêts non performants NPL) de sorte que les créances douteuses des dix plus grandes banques chinoises ont totalisé à l’été 2014, à 519,8 milliards RMB (environ 84 milliards de dollars).Cela représente une augmentation de plus de 15 pour cent en six mois seulement. Pendant onze trimestres ces créances douteuses ont continué à augmenter dans les bilans des banques. Un risque que les banques allemandes portent sur leurs créances impayées en Chine. Selon la BRI, ces créances en circulation dans les banques chinoises se montent à $ 24,539 milliards. Les autres 16 milliards de $ se répartissent entre des banques allemandes et le secteur privé, des CDS, etc.

Plus de 60 pour cent des créances douteuses dans les bilans des banques chinoises viennent de prêts accordés aux entreprises, dans la fabrication et la vente au détail notamment, dit l’Autorité bancaire chinoise (China Banking Regulatory Commission / CRBC). Selon Bloomberg, depuis les années 90, le gouvernement chinois a dépensé plus de 650 milliards de dollars pour renflouer les banques chinoises !

Le nombre croissant de créances douteuses et la réduction imminente du crédit génèrent de grandes inquiétudes parmi les entreprises chinoises.En Septembre, les entrepreneurs ont générés 5,4 fois plus de dettes que dans toute la première moitié de 2014, selon une analyse par Morgan Stanley. En Août  $ 11,2 milliards à peine étaient accordés sous forme de prêts à court terme aux entreprises, ce montant était déjà $ 26,8 milliards en Septembre. Les prêts à long terme ont également augmenté: 45,9 milliards de dollars, dit le Business Insider.

Les entreprises craignent un resserrement du crédit. Les entreprises défaillantes ne peuvent pas rembourser leurs prêts, ce qui augmente les créances douteuses dans les bilans des banques. C’est pourquoi elles prennent alors moins de crédit, afin de pouvoir remonter leur capital propre. Rien qu’en Septembre la Banque centrale de Chine à pompé 500 milliards de yuans vers les cinq plus grandes banques du pays. D’autres injections totalisant 200 milliards de yuans sont prévues.

La Banque des règlements internationaux, dans son dernier rapport annuel, classe la Chine dans les cinq pays où un accident grave peut menacer le système bancaire national. Et dans une de ses analyses, la Stern School of Business, Université de New York arrive à la conclusion que les banques chinoises représentent le plus grand risque systémique, suivie par le Japon et la France ! Les banques allemandes étant classées numéro six des banques avec le plus grand risque systémique.

Source : Deutsche Wirtschafts Nachrichten

Traduction News360x ; Merci a @Indiana23216

Laisser un commentaire