Partagez

Que diriez-vous si je vous disais que les étasuniens avaient une dette de près de 60 000 milliards de dollars ? Eh bien c’est vrai. Lorsque vous cumulez toutes formes de dettes, incluant la dette du gouvernement, du commerce, la dette des crédits immobiliers et la dette-consommateurs, nous atteignons 59 400 milliards de dollars de dettes [43 676 milliards d’euros – NdT]. C’est une somme d’argent tellement énorme qu’il est difficile de la décrire avec des mots.

Par exemple, si vous viviez à l’époque de la naissance de Jésus-Christ, et que vous aviez dépensé 80 millions de dollars [environ 59 millions d’euros – NdT] chaque jour depuis, vous n’auriez toujours pas dépensé aujourd’hui 59 400 milliards de dollars [43 676 milliards d’euros – NdT].

Et la majeure partie de cette dette a été cumulée dans les récentes décennies. Si vous retournez quarante ans en arrière, la dette totale des États-Unis se situait aux environs de 2 200 milliards de dollars [1 618 milliards d’euros – NdT]. D’une façon ou d’une autre, durant les quatre dernières décennies, nous avons permis que la dette étasunienne devienne approximativement vingt-sept fois plus grande.

C’est d’une démence absolue, et quiconque pense que ceci est viable est dans l’illusion totale. Nous vivons dans la plus grande bulle de dettes de tous les temps, et il est impossible que cela se termine bien. Regardez le graphique…

Les zones grisées indiquent les périodes de récessions aux U.S.A. – 2014 research.stlouisfed.org

Quand la dernière récession est survenue, la dette totale des États-Unis a en fait commencé à décroître pour une courte période de temps.

Mais ensuite la Réserve Fédérale et nos politiciens à Washington ont fiévreusement travaillé à ré-enfler la bulle et assurèrent à tout un chacun que tout allait être super. Alors les étasuniens sont de nouveau devenus dépensiers, et maintenant la dette totale des U.S.A. retrouve quasiment la même trajectoire ascendante qu’avant et a atteint un nouveau recordjamais égalé.

Nous observons une chose similaire lorsque nous regardons un graphique sur la dette des consommateurs aux États-Unis…

Les zones grisées indiquent les périodes de récessions aux U.S.A. – 2014 research.stlouisfed.org

Après la récession, découper ses cartes de crédit et sortir de la dette est devenue pendant un moment une mode. Mais cette lubie est passée rapidement n’est-ce pas ?

C’est comme si 2008 n’était jamais arrivé. Nous faisons à nouveau les mêmes erreurs avec la dette.

Comme je le notais récemment, le total du crédit à la consommation aux U.S.A. a augmenté de 22 % ces trois dernières années seulement, et 56 % des étasuniens ont actuellement un crédit subprime en cours.

Et avez-vous remarqué qu’un grand nombre de gens n’ont pas peur aujourd’hui de [Auteur in1] prolonger leurs dettes pour se payer un véhicule flambant neuf ?

Durant le premier trimestre de cette année, le montant moyen de l’emprunt pour un véhicule s’est élevé à un nouveau record historique de$27 612 [20 303 euros – NdT].

Il y a cinq ans, ce chiffre était de seulement $24 174 [19 980 euros – NdT].

Et comme je l’ai fais remarquer dans un récent article, le montant moyen du paiement mensuel pour une voiture est à présent monté à $474 [350 euros – NdT].

C’est pratiquement un remboursement de crédit immobilier.

En parlant de crédit immobilier, même si les ventes de maisons ont chuté et que le taux de propriétaires aux États-Unis est le plus bas enregistré depuis 19 ans, un très large pourcentage de ceux qui possèdent une maison sont toujours surrendettés.

En fait, une étude récente a découvert qu’un énorme pourcentage des étasuniens (52 %) ne peuvent toujours pas s’offrir la maison dans laquelle ils résident.

En même temps, un nombre croissant d’étasuniens agissent comme si la dernière crise n’était jamais arrivée et considèrent leurs maisons comme des tirelires. Les prêts sur valeur recommencent à grimper et quand la prochaine grande crise va frapper, un grand nombre de ces personnes vont se retrouver avec de gros problèmes financiers.

On a beaucoup écrit sur ce qui n’allait pas avec l’industrie immobilière, mais la vérité est que les prix des maisons sont toujours trop élevés et que les jeunes adultes ne peuvent pas en acheter car ils sont déjà submergés par un énorme montant de dettes avant même qu’ils en soient au point d’acheter une maison.

En réalité, une étude récente a trouvé que 47 % des gens de la génération du millénaire dépensent au moins la moitié de leur paie pour rembourser leur dette…

« Quatre personnes [de la génération du millénaire] sur dix se disent « submergés » par leur dette – près du double du nombre des baby-boomers qui ressentent cela, selon une étude la Wells Fargo sur plus de mille six cents personnes de la génération du millénaire entre vingt-deux et trente-trois ans, et mille cinq cents personnes de la génération du Baby Boom entre quarante-neuf et cinquante-neuf ans.

Pour essayer de s’en sortir, 47 % disent qu’ils déboursent près de la moitié de leur paie mensuelle à régler leurs dettes… »

Lorsque j’ai lu cela, j’étais absolument effaré.

Bien entendu la plus grosse dette à laquelle doivent faire face les jeunes adultes est la dette des prêts étudiants. Selon la Réserve Fédérale, il y a maintenant plus de 1 200 milliards de dollars [883 milliards d’euros – NdT] de dette étudiante dans ce pays, et près de 124 milliards de dollars [92 milliards d’euros – NdT] de ce total représente plus de 90 jours d’impayés.

Ce que nous avons fait à notre jeunesse est honteux. Nous les avons encouragé à signer pour la vie un esclavage de dette avant même qu’ils comprennent ce qu’est la vie. L’extrait suivant est tiré de mon article précédent intitulé « Est-ce que l’université est une perte de temps et d’argent ? »

« Aujourd’hui, aux U.S.A., près des deux tiers des étudiants universitaires obtiennent leur diplôme avec un prêt étudiant, et la moyenne de la dette s’élève régulièrement. En fait, une étude a démontré que « 70 % de la promotion 2013 a été reçu avec une dette relative aux études universitaires d’en moyenne $35 200 [25 900 euros – NdT] – incluant les prêts fédéraux, les prêts d’État et les prêts privés, aussi bien que les dettes contractées par la famille et accumulées à travers les cartes de crédit. »

Ce serait déjà assez grave si la plupart de ces étudiants avaient des jobs décents qui leur permettent d’assumer cette dette.

Mais malheureusement, ce n’est bien souvent pas le cas. Il a été estimé que près de la moitié des étudiants diplômés ont des emplois qui ne requièrent même pas un diplôme universitaire. »

Considérant ce que vous venez de lire, est-ce une surprise que la moitié de tous les étudiants diplômés soient toujours dépendants de leurs parents deux ans après leur sortie de l’université ?

Selon le U.S. Census Bureau [Bureau du recensement des États-Unis – NdT], seulement 36 % de tous les étasuniens de moins de trente-cinq ans possèdent leur habitation. C’est le plus bas niveau jamais enregistré.

Et nous sommes en train de transmettre à nos jeunes la plus grande dette de toute l’histoire de l’humanité. Pesant 17 500 milliards de dollars[12 870 milliards d’euros – NdT], la dette nationale étasunienne est un monstre colossal. Et la plupart de cette dette a été cumulée les quarante dernières années. En réalité, il y a quarante ans, la dette nationale étasunienne était de moins de 500 milliards de dollars [368 milliards d’euros – NdT].

Mais c’est juste le commencement. Tandis que le « tsunami démographique » des Baby Boomers balaie notre économie, nous allons devoir faire face à une vague d’encre rouge comme nous n’en avons jamais contemplé.

En attendant, le reste de la planète croule également sous les dettes.

Comme je ai écrit à propos l’autre jour, le montant total de la dette mondiale a atteint un nouveau record historique de $223 300 000 000 000.[164 200 000 000 000 d’euros – NdT]

Nos « élites » continuent d’agir comme si ces niveaux d’endettement pouvaient croître plus vite que le niveau de la croissance économique globale, et ce indéfiniment.

Mais n’importe qui avec une once de sens commun sait qu’on ne peut pas dépenser plus d’argent qu’on en rapporte éternellement.

À un moment donné, le jour du jugement arrive.

L’année 2008 aurait dû être un appel majeur au réveil qui aurait résulté en changements massifs. Mais à la place, nos « élites » ont juste recollé l’ancien système et ré-enflé les vieilles bulles, de sorte qu’elles sont à présent bien plus grandes qu’elles n’étaient auparavant.

Ils disent qu’ils savent exactement ce qu’ils font et que tout va bien se passer.

Malheureusement, ils se trompent lourdement.

Source : Sott

7 Commentaires

  1. J’espère ne pas me tromper :p, mais à ce que je sache il y a un système qui vous permet de bloquer une somme de votre compte en contre partis de la somme que vous voulez obtenir en vous endettent.
    Vous me direz a quoi sa serer ? Et bien certain personne pour se forcer à économiser font cela car il se trouve forcer de rembourser l’argent. Du genre, tu veux acheter un voiture à 15 000 euro et tu as ce montant mais au lieu de l’utiliser, tu empreinte de l’argent de la banque et tu bloque l’autre sommes (comme garantis) comme ça tu es forcé de rembourser et donc tu économise. J’espère avoir été claire.
    De toute cette histoire, je veux parvenir au point ou comme cette dette regrouper la dette des ménages nous pouvons dire qu’une partis de ces ménage (pour ne pas dire la majorité) s’endette de cette manière, maintenant je ne suis sûr de rien mais je donne cette hypothèses car bon à la fin ils ne sont pas idiot au département ministérielles des économies américaine.
    En tout cas, ce que je peux vous assurer ces que si l’États-Unis retombe dans la récession économique, tous les pays qui marchand avec vont suivre, en passant par ceux de l’Europe, le japon… puis les autre pays vont eux aussi suivre, et finalement c’est la crise. En plus ça commence. Comme dit plus haut « C’est comme si 2008 n’était jamais arrivé ». 2008 mais aussi 1929.
    On n’apprendra jamais de nos erreurs.
    Aller, pour le moment je vous souhaite de bonne année malgré la crise et joyeux noël 🙂

  2. Bien d’accord avec Popol, ci-dessus @ 26 juin 1014, mais cette réponse, plutôt irénique nous éloigne de la – vraie – question -. Cette réponse de Popol n’empêche nullement qu’en France par exemple, il faille payer actuellement (payer très concrètement, chiffres virtuels ou pas) avec les dégâts à la clé, quelques 46 milliards d’euros par an, soit quelque 126 millions d’euros par jour, oui par jour!, pour payer – uniquement – les seuls intérêts de la dette publique (quant au capital, il ne devrait jamais être remboursé!). Ces 46 milliards d’intérêts à payer (qui croissent sans cesse) de par la cruauté de la « loi » fiscale à ceux qui sont les plus riches, se trouvent parmi les plus lourds postes du budget français. Cette situation est aberrante d’absurdité et de cruauté.
    Le contenu de la vidéo de Gabriel RABHI est incontournable.
    Ainsi, depuis plus de vingt ans maintenant, je fais partie de ceux qui se sont donné pour tâche est de faire en sorte de réformer et redresser le système financier afin que la société productrice comprenne et trouve enfin son rôle premier dans le mode de création monétaire, car c’est la société civile productrice qui donne la valeur à la monnaie, SA monnaie, et non pas celle d’entreprises qui s’appellent banques commerciales et qui, de facto, usurpent ce droit de création d’appropriation et de contrôle de l’argent.
    Je vois quand-même une grande évolution dans beaucoup de têtes (mais c’est encore insuffisant) car il y a encore plus de 10 ans, les instances politiques, bancaires et financières nous éconduisait avec mépris, au mieux commisération.
    Bien sûr l’histoire et l’actualité nous donnent raison.

    Ci-dessous une vidéo de 12 minutes que est une leçon magistrale d’économie et de finances.
    C’est un audio-visuel canadien d’un autre âge (1962) mais qui n’a pas pris une seule ride. Tout au contraire :

    http://www.dailymotion.com/video/xfkmmz_les-dettes-publiques-louis-even_news

  3. La monnaie est une dette ! Sans dettes il n’y a pas de monnaie, car la monnaie est issue des crédits bancaire, et est détruite lors des remboursements !

    Il n’y a donc pas vraiment de surprise à constater que la dette est exponentielle. C’est bien pour cette raison d’ailleurs que personne n’en parle. C’est parce que c’est normal… et logique !

    La monnaie est créé par le crédit, par la dette : donc pour avoir plus de monnaie, il faut plus de dette. Et quand on rembourse les dettes, la monnaie disparait, car la destruction monétaire diminue la masse monétaire…

    Regarder ca :

    http://youtu.be/syAkdb_TDyo

  4. « 59 400 milliards de dollars de dettes [43 676 milliards d’euros – NdT]. C’est une somme d’argent tellement énorme qu’il est difficile de la décrire avec des mots. »

    Mais non c’est très simple, il y a 300 millions d’Américains, donc 59 400 000 / 300 = 198 000 $ / Américain.

    Et :

    « Le montant total de la « dette » mondiale a atteint un nouveau record historique de $223 300 000 000 000.[164 200 000 000 000 d’euros – NdT] »

    Les nombres n’ont aucun poids, en kg, ni ne représentent aucune énergie en Joule. Donc ça ne signifie toujours rien dit ainsi. Il y a 7 Milliards d’êtres humains sur le caillou. Donc cela signifie :

    164 200 / 7 = 23 457 € / être humain.

    A noter qu’en Europe, le total d’euros par citoyen de la zone euro s’établit à 10 000 milliards d’euros pour 330 000 000 de citoyens européens, soit :

    10 000 000 / 330 = 30 000 € / citoyen zone euro

    Ramené donc à chaque être humain la quantité de monnaie présente dans telle un telle zone monétaire, USA, Europe, Russie, Chine etc… ou même Monde entier, n’est donc pas un chiffre ni « énorme », ni « petit », c’est uniquement la quantité moyenne de monnaie circulante en moyenne par être humain, dans la zone monétaire considérée.

    Après on peut se poser la question de savoir si on est, dans la zone monétaire où l’on se trouve, en dessous ou au dessus de cette moyenne sur son compte en banque. Mais ceci est une autre question.

    Le fait est que si certains sont en dessous de la moyenne, d’autres seront forcément au dessus de la moyenne.

    Mais il ne s’agit que de la monnaie, il ne s’agit pas du patrimoine non-plus, et l’on peut posséder peu de monnaie, ou bien beaucoup de monnaie, et peu de patrimoine non-monétaire ou bien beaucoup de patrimoine non-monétaire, et cela est encore une autre question, indépendante de la première.

    • Erreur d’un facteur mille ?

      Un billion de dollars, et bien c’est 1000 milliards de dollars. Attention à ne pas confondre avec le terme en anglais. En anglais, 1 billion signifie seulement 1 milliard

      • Je ne perçois aucune erreur. Popol dit juste, les chiffres ne signifient rien s’ils ne sont pas ramenés aux individus. Par exemple le fait qu’un tera-octet fasse 1 099 511 627 776 octets peut sembler énorme, mais ça tient dans un seul disque dur, et il en existe des millions qui prennent une place minime chez les uns ou les autres.

        La monnaie après tout n’est qu’un pur nombre. On se moque bien de combien il y en a en tout, ce qui est plus intéressant c’est de savoir combien il y en a par personne, et combien chaque personne en gagne. Par exemple comme Popol l’explique pour 30 000 € par personne, si le minimum social est de 6000 € par an (500 € x 12 mois), alors ça ne représente pas plus que 30 000 / 6000 = 5 années de minimum social.

        Pas grand chose au final, La totalité de la monnaie = 5 années de minimum social par personne !

Laisser un commentaire