Partagez

En décembre dernier, Dominique Voynet précisait que  »l’IGAS, ce n’est pas un métier ». A plus de 8 300 euros net mensuels, payés par le contribuable, on est rassuré.

La république des copains a encore de beaux jours devant elle. Dominique Voynet, ancienne patronne des Verts, vient d’être nommée inspectrice à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), sous la houlette de François Hollande. Une nomination qui fait jaser, même dans les rangs socialistes.

Dominique Voynet semble être adepte des sauts à haute altitude.

Dominique Voynet nommée à l’IGAS

Son dernier parachutage en date ? L’Inspection générale des affaires sociales, pour un poste à 100 000 euros annuels, nets évidemment. Dominique Voynet, la principale intéressée, expliquait dans les colonnes du Monde, en décembre dernier, que l’IGAS était « une piste parmi d’autres », après avoir quitté la mairie de Montreuil.

Critiquer le système mais ne pas oublier d’en profiter

Cette nomination, approuvée au plus haut niveau de l’Etat, c’est Claude Bartolone qui la commente sans doute le mieux : « Elue ou parachutée tour à tour dans le Jura, au Parlement européen, en Seine-Saint-Denis, puis défaite par les électeurs ou auto-démissionnée par certitude de l’être, Madame Voynet, si prompte à critiquer la violence du « système », restera certainement silencieuse quant à la manière dont elle vient d’en profiter goulûment ».

« Un golden parachute d’une élue en mal d’électeurs »

Les mots du président de l’Assemblée nationale sont durs pour décrire celle qu’il considère comme « une enfant gâtée de la République ». Ce dernier, cité par le quotidien Le Monde, ajoute qu’ »au mieux, cette nomination apparaît comme le « golden parachute » d’une élue en mal d’électeurs. Au pire, elle procède d’un accord politique lui ayant permis de s’exfiltrer de Montreuil après avoir laissé cette ville en ruine et la gauche divisée comme jamais ».

Les obscures missions de l’IGAS

A l’heure de la réduction des dépenses publiques (lire ici), l’IGAS fait partie de ces officines de l’Etat, assez obscures, dont les fonctions sont aussi larges qu’imprécises. Sur son site, l’Inspection générale des affaires sociales précise que sa mission est d’assurer « le contrôle et l’évaluation de la mise en oeuvre des politiques publiques de la sécurité sociale et de la prévoyance sociale, de la protection sanitaire et sociale, du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle ». Tout un programme…

Source : Economie Matin

6 Commentaires

  1. En France on n’a pas la mafia bling bling russe ….c’est pire c’est la mafia en col blanc! !!!
    Il suffit de faire partie de ce réseau et on obtient un salaire à vie…

  2. Une bonne vraie révolution … Sans haine ni terreur … Suppression de ces avantages qui sont peut être une goute d eau dans l ensemble des des dépenses mais qui n ont pas à être pérennes

  3. 8300 euros net par mois, ce n’est pas un salaire de 100 000 euros par an, c’est pratiquement le double (200K euros) si on raisonne en brut annuel (ce que font tous les travailleurs du privé).

  4. Marre des copins/copines à qui l’on réserve des jobs en plus de leur retraite d’ex-élus.
    Marre des partis politiques qui se sucrent sur le dos des français.
    Marre d’un système dont personne ne veut.

    La fonction d’élu n’est pas un travail comme un autre.
    Personne n’est obligé d’être au service de la nation.
    C’est du volontariat.
    Les bénévoles qui oeuvrent dans les associations chaque jour, chaque semaine méritent plus qu’eux.

    Il faut que nous nous unissions pour faire disparaitre cette population qui gangrène le pays et se fout de nous.
    Qu’ils soient de droite, de gauche, du centre, du milieu, de l’extrême: tous des parasites.
    Le peuple a coupé la tête d’un roi pour moins que cela.
    Françaises, Français, REVEILLEZ-VOUS.

    Recréeons un comité de salut publique.

Comments are closed.