Partagez

L’ex-secretaire d’état des États-Unis, Hillary Clinton, a gagné des millions de dollars en vendant des agents toxicologiques pour certains pays d’Afrique et du Moyen-Orient.

Selon les informations recueillies la semaine dernière par les médias, l’ex-Secrétaire d’état des États-Unis a donné le feu vert à l’augmentation de la vente de ces armes de destruction massive, dont le gain était directement accumulé dans les comptes de la Fondation de la famille Clinton sous forme de dons.

Depuis 2011, Clinton a joué un rôle crucial dans la vente d’agents toxicologiques, y compris les armes chimiques et biologiques à neuf pays du Moyen-Orient, dont le gouvernement a versé un don à la Fondation.

Les médias ont ajouté que, lors des manifestations contre l’ancien dictateur égyptien Hosni Moubarak, Clinton s’est montrée en public, « profondément préoccupée » par la question des droits de l’homme, mais dans le  même temps a essayé de convaincre la Maison blanche de l’importance de la vente de ces armes au Caire.

Après avoir convaincu les autorités de ce pays d’Afrique du Nord puisse acheter des armes à Washington, classés comme agents toxicologiques, qui ont ensuite été utilisés par les forces de Moubarak contre les manifestants anti-gouvernementaux.

Ainsi en 2010, le régime de Moubarak a payé à l’ancien président Bill Clinton (mari de Hillary), 250 000 dollars pour acquérir ces armes afin de les utiliser contre leur propre peuple, suivant ces sources. Et en 2012, l’Égypte a payé entre 100 000 et 250 000 dollars à Bill Clinton.

Dans une autre affaire semblable, l’Arabie saoudite a reçu ce type d’armes pour une somme équivalant à quelque 5 millions entre 2008 et 2010.

Al-Saoud est l’un des principaux donateurs de cette société, qui a payé au moins 10 millions de dollars des années avant que l’actuel candidat à la présidence des États-Unis assume le poste de Secrétaire d’État.

Le Don de millionnaire a également convaincu Hillary Clinton de soutenir le commerce nucléaire de l’Inde.

Le 28 avril, le journal britannique ABC a indiqué que la Fondation de la famille Clinton a reçu, en 2008, une somme avec un total de sept chiffres, juste avant le vote de Hillary au Sénat en faveur de la levée de l’embargo des États-Unis sur le commerce de la technologie nucléaire avec l’Inde .

Dans le même contexte, Kathleen Clark, professeur de droit à l’Université de Washington à St. Louis, Missouri State, dit International Business Times de l’existence d’une relation claire entre les décisions stratégiques qui ont eu à la maison blanche et les dons reçus de cette société.

Ce n’est pas le premier rapport sur l’implication des États-Unis dans l’aggravation des conflits dans différentes parties du monde, en particulier au Moyen-Orient.

Le département américain de la défense (Pentagone) a annoncé le 7 mai dernier, le début  de la formation militaire de l’organisation terroriste soi-disant « modérés » syriens en Jordanie, en Turquie et dans  l’Arabie saoudite, pays qui forment un triangle de sponsors régionaux du terrorisme.

1 COMMENT

Laisser un commentaire