Partagez

«Nous ferions mieux de garder l’œil bien ouvert pour cette naissance d’une société sans argent liquide qui vient beaucoup plus rapidement que prévu. Pourquoi la réunion est-elle secrète? Quelque chose ne sent pas bon par ici»

L’économiste Martin Armstrong affirme qu’il est prévu une réunion secrète sur la fin du cash qui aura lieu à Londres avant la fin du mois impliquant des représentants de la BCE et la Réserve fédérale.

Armstrong, qui est connu pour avoir prédit avec succès en 1987 le crash du lundinoirainsi que l’effondrement financier de 1998 en Russie, a exprimé avoir été choqué, qu’aucune information n’ait filtré sur cette prochaine conférence.

«Je trouve extrêmement troublant d’être le seul à signaler cette réunion secrète à Londres. Kenneth Rogoff, de l’Université de Harvard, et Willem Buiter, l’économiste en chef chez Citigroup, s’adresseront aux banques centrales pour préconiser l’élimination de toutes les espèces pour permettre la venue du jour où vous ne pourrez plus acheter ou vendre quoi que ce soit, sans l’approbation du gouvernement», écrit Armstrong.

«Quand j’ai googlé la question pour voir qui d’autre l’avait signalé, à ma grande surprise, Armstrong Economist vient en premier. D’autres me citent, jusqu’à la Banque centrale du Nigeria. Je dois encore trouver tous les rapports sur la réunion qui aura lieu à Londres, mais mes sources sont internes.»

Armstrong attire d’abord l’attention sur la réunion prévue plus tôt ce mois-ci quand il a révélé que des représentants de la Réserve fédérale, de la BCE ainsi que des participants provenant des banques centrales suisse et danoise seraient tous présents à une grande conférence à Londres à laquelle Kenneth Rogoff de l’Université de Harvard, et Willem Buiter, l’économiste en chef chez Citigroup, feraient des présentations.

«Nous ferions mieux de garder l’œil bien ouvert pour cette naissance d’une société sans argent liquide qui vient  beaucoup plus rapidement que prévu. Pourquoi la réunion est-elle secrète? Quelque chose ne sent pas bon par ici», conclut Armstrong.

Les discussions et les avancées vers l’interdiction du cash ont surgi à plusieurs reprises au cours des dernières semaines.

Willem Buiter, dont Armstrong prétend qu’il parlera à cette réunion secrète, a récemment préconisé l’abolition du cash pour «résoudre le problème des banques centrales de la planète avec des taux d’intérêt négatifs».

L’année dernière, Kenneth Rogoff a également appelé à l’abolition de la monnaie physique afin de stopper l’évasion fiscale et l’activité illégale ainsi que pour prévenir les retraits massifs d’argent lorsque les taux d’intérêt seront proches de zéro.

«Une fois que l’argent n’existera plus que sur les comptes en banque, supervisés ou même directement contrôlés par les gouvernements, les autorités seront capables de nous inciter à dépenser plus quand l’économie ralentira, et moins en cas de surchauffe.»

Sur un ton similaire, l’ancien économiste de la Banque d’Angleterre, Jim Leaviss aécrit un article pour le Telegraph de Londres plus tôt ce mois dans lequel il a dit qu’une société sans numéraire ne serait possible qu’en «forçant tout le monde à passer uniquement par voie électronique à partir d’un compte détenu par une banque agissant pour le gouvernement, qui serait surveillée, ou même directement contrôlée par ce gouvernement».

Les grandes banques tant au Royaume-Uni qu’aux États-Unis traitent déjà le retrait ou le dépôt de sommes d’argent modérément grosses comme une activité suspecte. Des rapports ont été publié en mars sur la façon dont le ministère de la Justice ordonne aux employés de banque d’envisager d’appeler les flics quand des clients retirent 5000 dollars ou plus.

Pendant ce temps, en France, de nouvelles mesures devraient entrer en vigueur en septembre qui vont limiter les citoyens français pour faire des paiements en espèces supérieurs à 1 000 euros. Armstrong suggère que la police financière pourrait appliquer cette nouvelle loi par, «la recherche de personnes transitant en train par la France juste pour voir si elles transportent des espèces, dont ils vont maintenant se saisir».

Comme le note Armstrong, en interdisant le cash afin d’éviscérer le peu de libertés économiques que les gens avaient encore pour éviter la politique désastreuse de la banque centrale keynésienne, n’est rien de moins que du totalitarisme économique.

«Dans l’esprit d’un tyran économique, l’interdiction du cash représente le Saint-Graal, écrit Michael Krieger. Forcer la plèbe à adopter un système de transactions numériques de la monnaie fiduciaire offre un contrôle total via un suivi sans faille de toutes les transactions dans l’économie, et la capacité de bloquer les paiements d’un citoyen impétueux qui oserait sortir de la ligne.»

Via le blog http://www.jovanovic.com/blog.htm

Traduit par Hervé, relu par Diane pour le Saker Francophone

22 Commentaires

  1. Arrêtons de parlé et de ramener notre science sur le net, mais plaçons des actions coup de poings pour faire sauté se gouvernement de merde !!! Car vous parlez tous mais personnes n’agit, et l’élite continue à nous détruire à petit feu !!! Nous devons réagir et ne pas attendre que d’autres bougent à notre place pour se dire  » tiens je vais peu être bouger  » bonne journée 🙂

  2. La charge est lancée avec la suppression du retrait en caisse d’argent en espèces au motif qu’il y des distributeurs de billets,en effet, certaines banques, l(Société Générale par exemple(, généralisent de fait l’obligation de disposer d’une « carte Bancaire « . Cette carte n’est pas gratuite évidemment. Donc le système mis en place par les banques fait qu’il faut et faudra que les clients « Paient pour pouvoir retirer leur propre argent, » c’est un comble.

  3. Nous entrons dans l’Apocalypse. Ap. 13:16-17 Et elle (la Bête) fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front,
    et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

  4. La fin du cash ! Pas trop tôt ! Les banques imprime indéfiniment des billets ce qui provoque des crises mondial. Si ils se réunissent c’est pour les crypto-monnaies qui font très peur aux banques car ce sont des monnaies décentralisé hors de leur contrôle.
    Exemple le Bitcoin

  5. La monnaie sans cash dite « CRYPTO-MONNAIE » existe déjà et ne sont pas contrôlé par le système bancaire mais bien par le peuple! Elles offrent la possibilités de développer un commerce sans avoir a passer par « l’autorité suprême », ce qui ne leur plais pas. Cette réunion va justement avoir pour but d’essayer de prendre le contrôle de ces crypto-monnaies.
    Le problème est que la France est le dernier pays à comprendre les enjeux (pour le peuple) ou les risques (pour les banques) et donc ne prend aucune décision.

    Histoire du Bitcoin (une des crypto-monnaies): http://www.bitcoin.fr/pages/Histoire2
    Le Bitcoin c’est quoi? ( reportage ARTE) : https://www.youtube.com/watch?v=089icBnLYxI

  6. je ne suis pas partisan du FN , mais je prends conscience de jour en jour que voter FN est la seule solution qui nous reste . les peuples ne font que se plaindre mais ne cherche jamais de solution !! pauvre francais

  7. Ce qu’on peut faire aussi c’est acheter de l’or ! Du vrai or qu’on prend à la maison, pas des titres comme quoi on possède de l’or qui reste à la banque. On pourra toujours négocier avec de l’or, personne ne crachera jamais dessus. Valeur sûre il y a 100 ans, 50 ans et c’est toujours vrai aujourd’hui !

  8. L’URSS nous apparaîtra comme une démocratie à côté de ce qui nous attend ! On devrait tous aller travailler chez les paysans, se nourrir de nos récoltes, jeter nos iPhones, TV, ordinateurs à la poubelle, ne plus consommer d’inutilité et se garder de vendre la nourriture que nous produisons aux « élites ». Qu’ils bouffent leurs cochonneries de Monsanto et qu’ils en crèvent. Et quand nous n’achèterons plus rien qui ne soit indispensable, ils pourront même bouffer leur fric virtuel s’ils le veulent.

  9. @dedola: « Cette Europe est devenue le symbole même du fascisme néo-libéral »

    Les gens se sont fait mettre tellement de propagande anti-libérale dans la tête que quoi qu’il se passe d’exactement contraire au libéralisme c’est quand même le libéralisme le coupable. On contrôle les prix? C’est une mesure libérale. On impose l’utilisation d’une monnaie? C’est le libéralisme. L’état dysfonctionne ? C’est le libéralisme. Un tyran prend le pouvoir? C’est encore le libéralisme. Une météorite tombe? C’est la faute du libéralisme.

    Et quand je dis « libéralisme » c’est pour faire court, chez les crétins ignorants gonflés aux hormones de la propagande, par libéralisme on veut bine évidemment dire: ultra-néo-gima-hyper-libéralisme sauvage mangeur d’enfants et tueur de chatons gentils.

    Le libéralisme coco, c’est le contraire du contrôle des gens par l’état. Un libéral très célèbre a même défendu l’idée d’abolir les banques centrales, d’avoir de nombreuses monnaies privées cohabiter ensemble et de laisser les citoyens choisir lesquelles ils utilisent. Hayek tu connais?

    Le libéralisme coco, c’est l’économie de marché, c’est-à-dire la liberté de chaque agent économique d’échanger librement avec les autres aux conditions qui leur conviennent mutuellement. L’économie planifiée, réglementée, contrôlée au point que l’état peut même t’empêcher de faire un achat , c’est pas du libéralisme, c’est du fascisme.

    Et les fascistes coco, tu sais de quelle courant idéologique ils viennent? Mussolini, Dréat, Doriot, etc tu crois que c’étaient des libéraux avant de devenir des fascistes?

    C’est assez hallucinant l’ignorance des gens.

    • Ce qui est assez hallucinant, je trouve et j’espère que tu m’excuseras, c’est ton arrogance… Les crétins gonflés aux hormones de la propagande te remercient. Mais ils connaissent très bien la définition du libéralisme et sa distinction avec le fascisme. Ce que les crétins aux hormones savent aussi très bien, et apparemment mieux que toi, c’est qu’un bon système économique se doit d’être équilibrée. Et que plus d’un siècle de capitalisme, et son évolution la plus moderne qu’est le neoliberalisme, ont fini par conduire à un déséquilibre profond et complètement irrationnel de la création et de la redistribution de richesse, oubliant au passage toute relation physique au monde. Sans équilibre, place à l’abus. Et c’est cette abus que dénoncent les crétins gonflés à la propagande. L’économie de marché n’est rien d’autre qu’une idéologie, une doctrine, au même titre que le communisme, que les promoteurs veulent aujourd’hui faire passer pour science immuable aux yeux du monde entier. L’économie n’est pas une science, et ça vous saoule peut être quand les crétins gonflés aux hormones de propagande vous rappellent ce FAIT, et que quand les équations se cassent la gueule, ce ne sont pas les supercalculateurs qui paient, ce sont les êtres humains, c’est la nature (qui est le capital physique que l’on est censé laisser à nos enfants, je vous rappelle, mais qu’on ravage QUOTIDIENNEMENT pour les beaux yeux de la bourse et des consommateurs, mais c’est un autre sujet…). Donc attention à ne pas prendre votre doctrine pour science. Le fait est que votre économie de marché EST devenu fasciste. A la différence que le contrôle ne s’exerce pas par l’état, il se fait simplement par des monopoles d’intérêts privés. Les banques et les multinationales, en collusion certaine avec la plupart des gouvernements mondiaux, sont devenus tellement puissantes et riches que leurs intérêts n’ont plus aucun lien avec les sociétés des pays dans lesquelles ils font affaire. PLUS AUCUN. Seul compte le CA global qu’on pourra montrer aux actionnaires. Parler de fascisme libéral, ce n’est pas imaginer des Mussolini en maserati à wall street, c’est simplement constater ce déséquilibre et ce qui en découle. C’est à dire le conflit perpétuel, et l’enrichissement perpétuel d’une poignée (certes croissante) au détriment d’une majorité (encore plus croissante). Ceci suffit à me dire que c’est un système dysfonctionnel. Et que la priorité doit être d’en changer, certainement pas de lui laisser encore plus de pouvoir.

      « Les gens se sont fait mettre tellement de propagande anti-libérale dans la tête que quoi qu’il se passe d’exactement contraire au libéralisme c’est quand même le libéralisme le coupable. On contrôle les prix? C’est une mesure libérale. On impose l’utilisation d’une monnaie? C’est le libéralisme. L’état dysfonctionne ? C’est le libéralisme. Un tyran prend le pouvoir? C’est encore le libéralisme. Une météorite tombe? C’est la faute du libéralisme. »

      Je ne sais pas pour vous, mais depuis que je suis né en France, je n’ai connu qu’une société libérale. TOUT ce qui impacte la vie économique peut donc naturellement être mis sur le compte du libéralisme. Ce qui est assez hallucinant, je trouve et j’espère que tu m’excuseras, c’est ton arrogance… Les crétins gonflés aux hormones de la propagande te remercient. Mais ils connaissent très bien la définition du libéralisme et sa distinction avec le fascisme. Ce que les crétins aux hormones savent aussi très bien, et apparemment mieux que toi, c’est qu’un bon système économique se doit d’être équilibrée. Et que plus d’un siècle de capitalisme, et son évolution la plus moderne qu’est le neoliberalisme, ont fini par conduire à un déséquilibre profond et complètement irrationnel de la création et de la redistribution de richesse, oubliant au passage toute relation physique au monde. Sans équilibre, place à l’abus. Et c’est cette abus que dénoncent les crétins gonflés à la propagande. L’économie de marché n’est rien d’autre qu’une idéologie, une doctrine, au même titre que le communisme, que les promoteurs veulent aujourd’hui faire passer pour science immuable aux yeux du monde entier. L’économie n’est pas une science, et ça vous saoule peut être quand les crétins gonflés aux hormones de propagande vous rappellent ce FAIT, et que quand les équations se cassent la gueule, ce ne sont pas les supercalculateurs qui paient, ce sont les êtres humains, c’est la nature (qui est le capital physique que l’on est censé laisser à nos enfants, je vous rappelle, mais qu’on ravage QUOTIDIENNEMENT pour les beaux yeux de la bourse et des consommateurs, mais c’est un autre sujet…). Donc attention à ne pas prendre votre doctrine pour science. Le fait est que votre économie de marché EST devenu fasciste. A la différence que le contrôle ne s’exerce pas par l’état, il se fait simplement par des monopoles d’intérêts privés. Les banques et les multinationales, en collusion certaine avec la plupart des gouvernements mondiaux, sont devenus tellement puissantes et riches que leurs intérêts n’ont plus aucun lien avec les sociétés des pays dans lesquelles ils font affaire. PLUS AUCUN. Seul compte le CA global qu’on pourra montrer aux actionnaires. Parler de fascisme libéral, ce n’est pas imaginer des Mussolini en maserati à wall street, c’est simplement constater ce déséquilibre et ce qui en découle. C’est à dire le conflit perpétuel, et l’enrichissement perpétuel d’une poignée (certes croissante) au détriment d’une majorité (encore plus croissante). Ceci suffit à me dire que c’est un système dysfonctionnel. Et que la priorité doit être d’en changer, certainement pas de lui laisser encore plus de pouvoir.

      « Les gens se sont fait mettre tellement de propagande anti-libérale dans la tête que quoi qu’il se passe d’exactement contraire au libéralisme c’est quand même le libéralisme le coupable. On contrôle les prix? C’est une mesure libérale. On impose l’utilisation d’une monnaie? C’est le libéralisme. L’état dysfonctionne ? C’est le libéralisme. Un tyran prend le pouvoir? C’est encore le libéralisme. Une météorite tombe? C’est la faute du libéralisme. »

      Je ne sais pas pour vous, mais depuis que je suis né en France, je n’ai connu qu’une société libérale. TOUT ce qui impacte la vie économique peut donc naturellement être mis sur le compte du libéralisme. Coco, en 2015 en France, contrôler les prix peut très bien être une mesure d’un gouvernement socialiste ou communiste, qu’elle s’exercera toujours dans un environnement économique et social libéral, donc… C’est hallucinant le manque de bon sens des gens 🙂

      • Excusez moi , chuis peut-être moi aussi bourré d’hormones de propagande mais vous deux commettez une terrible erreur vous vous évertuer a définir le libéralisme , chose , qui n’est au final ni plus ni moins qu’une idéologie inspirée de la loi de la nature , mais vous ne définissez pas le fascisme que vous utilisez a tord et a travers . Je sais qu’il est de bon ton , et assez a la mode d’utiliser ce terme pour discréditer autrui mais est ce que vous savez seulement quelle est la nature politico- économique de celle ci ?
        Est ce que vous savez que c’est un sujet nettement plus complexe que le libéralisme lui même ? Vous connaissez peut-etre Mussolini mais connaissez vous ceux qui l’ont inspiré ? Ceux qui l’ont ammené a créer le fascisme et sur quel mouvement idéologique il est ponctionné ? Je vous invite grandement a découvrir ceci , les diverses sources et divers site vous informeront mieux que moi et de manière plus crédible .
        Pour finir savez vous que 90% des élus Républicains Outre Atlantique sont d’anciens Trotskistes ? Pour le libéralisme , on repassera ….

  10. Totalitarisme économico-financier (pouvoirs abusifs des multi-nationales), monétaire et juridique (arbitrage privé application de la  » commun law  » britannique ou pouvoir arbitraire DE LA FINANCE (la caste des 1%), ajouter à cela, la liberté sous surveillance totale des citoyens (les 99%) à leur insu (Patriot Act) sans réel recours juridique de protection et de défense contre toute atteinte aux libertés individuelles, Pol Pot l’avait fait en supprimant l’argent! Cette Europe est devenue le symbole même du fascisme néo-libéral! Les citoyens ont compris qu’en volant le droit de vote donc toute représentation populaire, nos politiques se sont rendus coupables et complices du plus grand coup d’état de l’histoire sur 500 millions de citoyens!

Laisser un commentaire