Les privilèges accordés à l’ex-président Sarkozy

Les privilèges accordés à l’ex-président Sarkozy

2345
6
Partagez

Malgré son retour à la tête de l’UMP, Nicolas Sarkozy conserve la quasi-totalité des moyens que l’État offre à ses anciens présidents. Mediapart les dévoile, jusqu’au moindre détail. Du loyer déboursé pour ses bureaux aux salaires de ses collaborateurs en passant par ses porte-manteaux ou autres lampadaires, les chiffres donnent le tournis.

Nicolas Sarkozy doit cacher bien des secrets d’État. Trois semaines après son départ de l’Élysée en mai 2012, l’État français, bonne mère, lui a payé un « coffre fort » (1 016 euros), un « coffre de sécurité » (1 074 euros) et une « armoire forte » (2 073 euros), aussitôt livrés dans les cossus bureaux de la rue de Miromesnil à Paris où l’ancien chef de l’État venait de poser ses guêtres.

Nicolas Sarkozy quitte l’Elysée après sa défaite en mai 2012 © Reuters

Le contribuable a aussi payé le déménagement (8 513 euros), de même que l’équipement de son repaire en lampadaires, canapé, fauteuils avec « accoudoirs fixes et réglables », porte-manteaux, « imprimante jet couleur », ordinateur de bureau, portable,« smartphone »« GSM »« bureaux en verre transparent », etc. En tout, 56 724 euros d’achats. Depuis lors, l’État règle le loyer de Nicolas Sarkozy à hauteur de 16 341 euros par mois, soit 196 092 euros par an, en toute légalité.

Tous les anciens présidents vivent en effet sous perfusion de la République depuis une décision de 1985 – une simple lettre – paraphée par le socialiste Laurent Fabius, alors premier ministre. Mais la nature et le coût exacts de ces largesses, estimées entre 1,5 et 2 millions d’euros annuels par tête de pipe, sont toujours restés confidentiels.

Alors que Nicolas Sarkozy a repris fin novembre les rênes du principal parti d’opposition, à mille lieues d’une retraite politique, Mediapart les dévoile aujourd’hui jusque dans le moindre détail.

Ci-dessous, l’inventaire du mobilier installé rue de Miromesnil en mai 2012 :

Toutes les données publiées par Mediapart, qui couvrent la période mai 2012 à décembre 2014, sont tirées de pièces officielles qu’un militant de la transparence, Raymond Avrillier, a obtenues du gouvernement mercredi 14 janvier, après quatre mois d’attente et de recours. Elles lui ont été transmises par le service de Matignon qui gère les privilèges dévolus aux trois « ex » (Giscard d’Estaing, Chirac et Sarkozy).

Fin 2014, plusieurs députés PS ont déjà dénoncé une « utilisation (de ces moyens) à des fins personnelles » et un conflit d’intérêts en ces termes : « Au nom de quoi le contribuable français doit-il être le complice du retour caricatural du chef (Sarkozy) » ? En tant qu’ancien président (il s’était augmenté son salaire de 170 %), Nicolas Sarkozy sera de toutes façons bénéficiaire d’une indemnité de 6 000 euros à vie.

• Une caverne d’Ali Baba rue de Miromesnil : 570 000 euros depuis 2012

On découvre aujourd’hui que l’État a déboursé précisément 215 392 euros en 2014 pour la location de ces bureaux et leur entretien. Dans la liste : frais de nettoyage, électricité, « dépenses informatiques », copieurs, papier, timbres, machines à affranchir… Nicolas Sarkozy, lui, s’affranchit peu des mamelles de l’État puisqu’en 2013, une note de « blanchissage » de 284 euros a même été prise en charge. Côté communication, on relève encore 11 119 euros de factures de téléphones mobiles, plus 4 720 pour des fixes.

Sur deux ans et demi (achat du mobilier compris), l’addition de la rue de Miromesnil dépasse ainsi les 570 000 euros. Et dire que Nicolas Sarkozy déclarait encore en octobre dernier, à propos du RSA (revenu de solidarité active) et de « l’assistanat » : « Est-ce que toute allocation doit avoir comme contrepartie une activité ? Pour moi la réponse est oui. »

Ci-dessous, la liste de ses frais de fonctionnement :

• La citroën de collection :

 

Le modèle de limousine fourni par l’Etat à N. Sarkozy

Depuis mai 2012, le conférencier Sarkozy, traditionnel pourfendeur des déficits publics, roule en C6V6 HDI Exclusive, « la dernière limousine française haut de gamme » (dixit La Tribune). La facture adressée à l’État révèle que cette voiture a été achetée 44 141 euros à un vendeur Citroën de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), cinq jours seulement après la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle, et qu’elle a été agrémentée d’un « toit ouvrant électrique » et d’un « pack lounge ». Évidemment, l’ancien président ne paie pas son carburant lui-même (4 046 euros par an, 5 301 euros d’entretien).

• Salaires de ses collaborateurs : 660 000 euros net par an

Ce ne sont pas les cinq fonctionnaires d’État mis à disposition qui coûtent le plus cher, mais les cinq conseillers contractuels rémunérés entre 5 247 euros et 7 020 euros en net par mois, recrutés au bon vouloir de Nicolas Sarkozy. Il est bien possible que le plus gros salaire revienne à la demi-sœur de Carla Bruni, Consuelo Remmert, « conseillère diplomatique » chargée de vendre les conférences du patron aux banquiers et dirigeants du monde.

En extrapolant sur deux ans et demi, on peut estimer qu’environ 1,6 million d’euros a ainsi été encaissé par la fine équipe (avec un coût encore plus lourd pour l’État, qui assume toutes les charges sociales).

Dans l’absolu, il faudrait aussi compter les traitements des policiers assurant la protection de l’ancien chef d’État, que Matignon a occultés des documents transmis à Raymond Avrillier, estimant que la « divulgation (de telles informations) porterait atteinte à la sécurité de Monsieur Nicolas Sarkozy ». Impossible de savoir combien ils sont.

Au passage, on notera que le chauffeur fourni par le ministère de l’intérieur (4 000 euros mensuels) alterne bizarrement au volant avec un collègue détaché du conseil général des Hauts-de-Seine (5 339 euros), que Nicolas Sarkozy a dirigé de 2004 à 2007, et où son fils Jean siège comme vice-président.

Questionnée jeudi 15 janvier sur le renoncement à ces avantages, la conseillère en communication de Nicolas Sarkozy explique que son patron, désormais à la tête de l’UMP, va conserver ses locaux de Miromesnil. « Il reste ancien président, argue Véronique Waché. La circulaire de 1985 s’applique donc comme pour Chirac et Giscard. Il travaille trois jours par semaine à l’UMP et deux jours rue de Miromesnil, où sont organisés des rendez-vous non politiques avec des personnalités diplomatiques ou de la société civile, qui ne viennent pas voir le président de l’UMP mais l’ancien chef d’État. » « Pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés », l’organisation a été « doublée » (un directeur de cabinet de chaque côté, deux secrétariats, etc.).

Si l’on comprend bien, Nicolas Sarkozy garde tous ses collaborateurs de la rue de Miromesnil à l’exception de Véronique Waché, qui « quitte son poste et change d’employeur pour basculer à 100 % sur l’UMP ». L’État continuera en particulier de rémunérer la « conseillère diplo », Consuelo Remmert, « parce qu’il y a des fonctions de représentation diplomatique à assurer ». Quant à Michel Gaudin, le directeur de cabinet côté Miromesnil, Véronique Waché assure qu’« il est préfet à la retraite » et qu’il ne plombe donc pas « l’enveloppe ancien président ».

Frédéric Péchenard et Brice Hortefeux en réunion rue de Miromesnil, le 19 septembre, à Paris. © TF1/Sept à Huit

Après dépouillement de ces documents, Raymond Avrillier, lui, ne compte pas en rester là. Il estime « raisonnable » de conserver à Nicolas Sarkozy ses « moyens de protection, dont la voiture peut faire partie », de même qu’« une ou deux secrétaires pour répondre au courrier ». « Mais pour le reste, depuis qu’il a été élu président de l’UMP, la question se pose de l’usage de cet argent public à des fins politiques. »

Raymond Avrillier rappelle ainsi qu’un parti n’a pas le droit de bénéficier de dons ni d’avantages en nature de la part d’une personne morale (association, collectivité, entreprise, etc.). « En l’occurrence, pointe-t-il, le président de l’UMP reçoit de l’argent du secrétariat général du gouvernement. L’État est-il encore, dans tous les sens du terme, une personne morale ? »

L’ancien élu de Grenoble compte bien interpeller la Commission nationale des financements politiques (CNCCFP), chargée de vérifier les comptes des partis, « sur la régularité de ce financement ». « Ne faudrait-il pas comptabiliser une partie des avantages de Nicolas Sarkozy dans les recettes du parti ? » lance Raymond Avrillier. Quid par exemple de ses déplacements ?

Pour rappel, la décision de 1985 de Laurent Fabius offrait aux anciens présidents « la gratuité pour eux-mêmes et leur conjoint sur l’ensemble des réseaux publics ferroviaires, aériens et maritimes, dans la meilleure classe », pour aller à Doha ou Pékin, au cap Nègre ou à Varennes.

6 Commentaires

  1. moi ca ne me choque pas si c’est un droit qu’il a et si la loi le permet pourquoi s’en priverait-il qui n’en ferait pas autant a sa place.c’est sur que les rats de gouttiére les jalous les antis sarkozy primaire en gros les bons a rien ca les déranges tant pis pour eux

  2. Sarkosy aura beaucoup de mal pour 2017. Par contre mimolette refait surface et se replace pour un nouveau mandat. Qui l’eut cru???

Comments are closed.