Partagez

hollandebourget2_1

C’est Mediapart qui révèle le pot-au-rose. Dans la nuit du 14 novembre, en catimini, le gouvernement du président le plus impopulaire de France a purement et simplement amnistié d’avance les banques de toutes malversations sur l’octroi de crédits. Avec effet rétroactif, cela va sans dire.

Une « aide » tordue

Bien évidemment, l’articulation de cet article (n° 60) de la loi des finances est à la hauteur de l’hypocrisie affichée par notre petite bande de malotrus. Le motif officiel : protéger les collectivités territoriales asphyxiés par les prêts toxiques de Dexia, la banque franco-belge faillie.

Avec une condition qui ne manque pas de sel : on vous accorde une « aide » de 1,5 milliards d’euros au total… à condition que vous remboursiez Dexia de vos dettes, même illégitimes, pénalités incluses, et de manière anticipée.

Avec pour finir une modalité assassine qui achève de pieds et mains lier les infortunées collectivités locales : renoncer à « toute possibilité de contestation légale en cas de défaut de mention du taux effectif global dans les prêts » (Mediapart).

Henri Emmanuelli en acolyte zélé

Il va de soi que les collectivités locales devront AUSSI rembourser le généreux prêt de survie de 1,5 milliards consenti par la bande à Ayrault.

Plus piquant encore, c’est le député auto-revendiqué de gauche Emmanuelli, acolyte zélé, qui s’est chargé lui-même de justifier le coup de force de ses comparses de Matignon : rassurer les marchés qui risquaient de se sentir paniqués par les menaces de poursuites… et couper leurs robinets ! Henri Emmanuelli :

« Supprimer [l’article 60 et ses mesures d’amnistie, ndlr] reviendrait à semer la panique sur les marchés. C’est tout le système [du financement des collectivités locales] qui s’effondrerait alors. »

Moyennant quoi nos grands prêtres de la Vertu financière ont absous leurs ouailles indélicates pour tous leurs pêchés.

A propos de fourches et de piques

Car cette affaire lamentable ne s’arrête pas aux seules collectivités locales. La mesure d’amnistie a été généralisée pour TOUS les crédits douteux octroyés à qui que ce soit, particuliers comme groupes constitués, ainsi dissuadés de faire des misères à leurs banquiers.

Martine Orange, un brin écœurée, on le serait à moins :

« Victoire des banques par KO debout face à tous. »

Certains préfets s’alarmeront ensuite de voir ressortir fourches et piques vengeresses sur fond de bonnets rouges.

Source : Rue89; Mediapart

6 Commentaires

  1. La privatisation du Crédit Local de France (Dexia) par lequel la Caisse des Dépôts et Consignation peut financièrement aider les collectivités locales est une erreur. Le financement des collectivités contribue à l’intérêt général, donc devrait revenir à la CDC.

  2. Pouvez-vous me rappeler le montant de la retraire chapeau de Pierre Richard , président de DEXIA lors de la faillite et dont les politiques irresponsables sur les dix à quinze dernières années de la banque sont à l’origine directe de cette faillite ? N’est-ce pas 800 000 € par an ?

  3. Dans un passé pas très lointain, n’est ce pas non plus un autre gouvernement qui a fait voter une loi permettant de ne pas poursuivre, pour toutes les maguouilles en tout genres dont, les députés auraient pu se rendre coupables.

Comments are closed.