Partagez

Le quotidien allemand Die Welt rapportait hier que le Fonds monétaire international (FMI) a publié le 22 juin un nouvel appel à se servir dans les comptes bancaires des épargnants pour payer les dettes des Etats (une fois que ceux-ci auront bien entendu renfloué les produits dérivés des banques).

« Le FMI prépare une nouvelle ronde d’expropriation pour les épargnants », titraitDie Welt hier. Le journal décrit l’opération ainsi :

Un plan du Fonds monétaire international prévoit que la réorganisation des dettes sera plus rapide et appliquée de manière plus radicale à l’avenir. Ceux qui seront affectés seront, en premier lieu, les détenteurs d’assurance-vie et les fonds de retraites.

Même si les « experts en obligations de la Société Générale » cités par le quotidien s’avancent en affirmant que « l’on reviendra sur ce document du FMI au cours des dix ans à venir », l’intention n’en n’est pas moins claire. « Le point fondamental est qu’une approche plus flexible sera adoptée. Ceci peut sembler une bonne chose a priori. Mais la conséquence sera qu’à l’avenir les créditeurs seront mis à contribution plus tôt et seront forcés de renoncer à des réclamations. En Europe, cependant, ces créditeurs sont essentiellement des détenteurs de polices d’assurance-vie et autres formes de fonds de retraite. »

Die Welt explique, pour ceux qui auraient du mal à reconnaître la nouvelle réalité, que le FMI entend à l’avenir « fournir son aide financière » que si la réorganisation de la dette d’un pays en difficulté implique une décote, et non pas si on se contente d’un seul rééchelonnement. Le journal ajoute que selon le FMI, le risque d’infection à d’autres pays ne sera plus un argument valable (comme pour le cas de la Grèce) pour empêcher qu’une réorganisation de ce type ne soit mise en œuvre.

Les conseils de Die Welt : investissez directement dans les entreprises, plutôt que dans des fonds de retraite et des plans d’assurance-vie, car vous ne pourrez pas empêcher le FMI de mettre sa menace à exécution. Autrement dit, fini l’épargne et l’assurance ! Il ne reste plus que la spéculation boursière…

Source : Solidarité et progrès

Rappel : Le FMI vient de donner son ‘feu vert’ pour une taxation de 10% de votre épargne

Le FMI se répète: « Il est temps de mettre en place une taxation opaque sur l’épargne »

FMI, UE, Bâle : les comptes bancaires plus que jamais menacés

5 Commentaires

  1. Les gars qui proposent ça sont juste tarés…

    S’ils font ça, l’étape suivante c’est bank run. Et dans la foulée ça ne sera plus « risque de déflation », ça sera carrément « dépression ».

    La méthode en douceur, c’est monétisation-inflation. Sinon c’est du suicide…

  2. je me demande comment vont réagir nos bons compatriotes mous du bide en se levant le matin et en voyant leur comptes ponctionnés. un « boudidyu vlatipa qu’sest pas gentil ça » ou un « des têêêêtes ! des têtes pour les piques » xD

  3. LA plus grosse erreur est d’avoir des banques qui n’ont pas le capital qu’elles jouent en bourse…. quant on voit un mastodonte comme BNP qui peut ruiner le pays si il se plante sur les marchés financiers est proprement scandaleux….

  4. Quand la spéculation est la plus grosse erreur que doivent faire les épargnant on leurs dis de spéculer ! C’est une belle blague. Une fois que les epargnants européens auront commencer à étre mis à contribution c’est la bourse qui s’éfondrera sans pour autant périre mais certains épargnants verront leurs retraitre boursière s’éffriter un peu comme certains l’on déja vécu avec eurotunel ou d’autres cotation boursière ! Les meilleurs idées n’étant pas donné pour le citoyens lambda en voici deux trois celui d’investir dans l’or, l’argent voir autres métaux rares ou dans des monnaies cryptographique ne permettant pas au gouvernement ou aux banques centrales de prélever leurs « dû » pour rembourser les dettes étatiques qui imcombe aux erreurs de nos politiques. On sais à quoi s’en tenir merci pour cette article 🙂

Comments are closed.